Suivez-nous

© 2016 Théâtre Les Pieds Nus

Le temps... d'un dimanche | Brunch poétique

Nous avons inauguré dimanche 23 octobre notre premier « brunch poétique ». 

 

Le concept : on lance un thème à l’avance et chacun vient avec son caviar ou son litre de jus d’orange, plus un texte, une chanson, un poème ou un objet, peu importe, en lien avec le thème, ou en tout cas ce qu’il a envie d’en dire, et on discute en mangeant.

 

Dimanche, le thème était : LE TEMPS.

 

Les participants ont proposé qu’une trace soit gardée de cet échange avec les références de chacun afin de pouvoir y revenir. C’est ce que nous proposons ici, afin de le rendre accessible à tous. 

 

 

 "Ainsi nous ne vivons jamais mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais." 

 

 

Stéphane a ouvert le brunch par une réflexion autour de la définition du temps par Saint-Augustin : 

 

« Qu'est‑ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais; mais si on me le demande et que je veuille l'expliquer, je ne le sais plus. Pourtant, je le déclare hardiment, je sais que si rien ne passait, il n'y aurait pas de temps passé; que si rien n'arrivait, il n'y aurait pas de temps à venir; que si rien n'était, il n'y aurait pas de temps présent.

 

Comment donc, ces deux temps, le passé et l'avenir, sont‑ils, puisque le passé n'est plus et que l'avenir n'est pas encore ? Quant au présent, s'il était toujours présent, s'il n'allait pas rejoindre le passé, il ne serait pas du temps, il serait l'éternité, Donc, si le présent, pour être du temps, doit rejoindre le passé, comment pouvons‑nous déclarer qu'il est aussi, lui qui ne peut être qu'en cessant d'être ? […]

 

Ce qui m'apparaît maintenant avec la clarté de l'évidence, c'est que ni l'avenir, ni le passé n'existent. Ce n'est pas user de termes propres que de dire "il y a trois temps, le passé, le présent et l'avenir. " Peut‑être dirait‑on plus justement : "il y a trois temps: le présent du passé, le présent du présent, le présent du futur. " Car ces trois sortes de temps existent dans notre esprit et je ne les vois pas ailleurs. Le présent du passé, c'est la mémoire; le présent du présent, c'est l'intuition directe; le présent de l'avenir, c'est l'attente. […] et qu'on n'aille pas croire que le futur existe déjà, que le passé existe encore. » (Les Confessions, Saint Augustin)

 

 

 

Puis Juliette d’enchaîner avec Les Pensées de Pascal :

 

« Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l'avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours; or nous rappelons le passé pour l'arrêter comme trop prompt, si imprudents, que nous errons dans les temps qui ne sont pas nôtres, et ne pensons point au seul qui nous appartient; et si vains, que nous songeons à ceux qui ne sont plus rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C'est que le présent, d'ordinaire, nous blesse nous le cachons à notre vue, parce qu'il nous afflige ; et s'il nous est agréable, nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l'avenir, et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance, pour un temps où nous n'avons aucune assurance d'arriver.

Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé et à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent ; et si nous y pensons ce n’est que pour en prendre la lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin : le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais. »

 

 

C’est ainsi que des réflexions autour de notre incapacité à vivre le présent ont émergé. Il y a d’ailleurs beaucoup de livres très populaires en ce sens. Ekhart Tolle, dans Le Pouvoir du Moment Présent

 

 

« Aux yeux de l’Ego, le moment présent n’existe quasiment pas. [...] Sa préoccupation est de toujours maintenir le passé en vie, car sans lui qui seriez-vous ? Il se projette constamment dans le futur pour assurer sa survie et pour y trouver une forme quelconque de relâchement et de satisfaction. Il se dit : « Un jour, quand ceci ou cela se produira, je serai bien, heureux, en paix. » Même quand l’Ego semble se préoccuper du présent, ce n’est pas le présent qu’il voit. Il le perçoit de façon totalement déformée, car il le regarde avec les yeux du passé. Ou bien il le réduit à un moyen pour arriver à une fin, une fin qui n’existe jamais que dans le futur projeté par lui. Le secret de la libération réside dans l’instant présent. » 

 

 

Finalement, le constat est le même depuis presque le début de la civilisation. 

 

 

 

Afin de se rendre compte autrement de la notion du temps, il convient d’écouter Hubert Reeves, astrophysicien québécois, nous parler de la vie de notre planète depuis sa naissance jusqu’à nos jours : 

 

 

 

 

Hubert Reeves nous explique le temps sur Terre avant l'homme, cette vidéo nous explique le temps sur Terre après l'homme. Dans les deux cas, cela nous ramène à notre modeste condition face à l'immensité qui nous entoure, l'immensité de la vie, et nous rappelle que nous sommes tout petits. 

 

 

 

Hélène nous a lu un chapitre de Papalagui, retranscrit par Erich Scheurmann, sur le temps, et que nous vous recommandons vivement de lire car il donne un autre regard sur notre société occidentale. Le Papalagui est l’homme blanc, tel que désigné par un chef de tribu des îles Samoa en visite en Europe au début du XXè siècle, pour comprendre les moeurs de cette culture. Il s’agit d’un véritable travail d’ethnologue qui bouscule et nous pousse à méditer sur notre condition (qui n’a pas beaucoup changé en un siècle!). Voici un extrait du chapitre sur le temps : 

 

 

[...] il aime avant tout ce qui ne se laisse pas saisir et qui pourtant est là : le temps. Il fait beaucoup d'histoire à cause du temps et dit une quantité de bêtises à son sujet. Bien qu'il n'y ait jamais plus à notre disposition que ce qui vient à nous du lever au coucher du soleil, cela ne lui suffit pas. "

 

 

 

Edison a souhaité nous montrer un recueil vidéo de prisonniers au Venezuela sur leur notion du temps. Encore un regard bien différent par rapport à nous qui écrivons cet article, ou vous qui le lisez. Petit reportage de 20 minutes à regarder ici : 

 

 

 

 

De ces divers extraits ont découlé beaucoup de réflexions : 

  • Combien parmi nous pensent à ce qu’ils font quand ils le font ? Par exemple, lorsqu’on se lave les mains, pensons-nous réellement au mouvement de la main qui ouvre le robinet et saisit le savon, prenons-nous réellement le temps de la sensation de l’eau sur notre peau, sa température, ce que ça nous fait, et ainsi de suite? 

  • La notion de temps varie énormément d’une culture à l’autre. 

  • Le temps est finalement un tel conflit intérieur pour l’homme qu’il va jusqu’à avoir des conséquences sur les autres : retards, délais de réponse aux messages, etc.

  • On sait que la méditation est le secret d’un esprit plus sain débarrassé de toute pensée qui le pollue. Mais qui réellement s’y est essayé ou le fait avec régularité? 

  • Globalement, nous trouvons toujours une excuse pour reporter ce que nous devrions faire à plus tard (l’art de la procrastination). Apprendre à jouer de la guitare, faire un voyage, s’engager dans une association humanitaire… 

 

D’ailleurs, de notre côté, nous avons pris une résolution suite à ce brunch : méditer une demi-heure tous les matins. Et pour l’instant, nous nous y tenons ! 

 

Et vous, quels projets avez-vous envie de réaliser mais pour lequel vous n’avez pas encore « trouvé le temps » ? Et si vous preniez le temps de le faire? 

 

 

 

Synthèse bibliographique du brunch poétique du 23/10 sur le temps :

 

Livres

Confessions, Saint Augustin

Pensées, Pascal

Le Pouvoir du Moment Présent, Ekhart Tolle

La plus belle histoire du monde, Hubert Reeves

Le Papalagui, Eric Scheurmann

Chroniques de La Montagne, d'Alexandre Vialatte, chronique "Femmes"

 

Vidéos

Prisonniers au Vénézuela qui parlent du temps : https://www.youtube.com/watch?v=vCJz9wtN1-Q  

Que deviendrait la Terre sans la présence des humains : https://www.youtube.com/watch?v=xdvT8D7QOuA 

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • Google+ - White Circle